Les ateliers de l’image au Burkina Faso : la suite des aventures !

coiffure

Malgré la distance, le manque de temps et les connexions internet aléatoires, voici, en exclusivité, la suite des aventures passionnantes de Charlotte et Estelle, nos formatrices, au Burkina Faso dans le cadre du projet Enfances de l’art, au fil du Faso ainsi que quelques unes de leurs images !

 » Bonjour à tous !

La dernière fois que je vous ai laissé c’était pour aller montrer le film à Tarfila et Banfora, village et ville situés dans la brousse magnifique du Sud du pays. Avec ses cascades, ses paysages très verts, ses champs de canne à sucre, on aurait presque envie d’y vivre.

Nous avons donc pris une voiture et nous sommes arrivés avec 3 heures de retard. Sur la route, nous avons croisé des camions en panne, des poids lourds surchargés et « superpenchés », des taxi brousses pleins à ras bord avec autant de bagages sur le toit que de personnes dans la camionnette, des pick- up transportant énormément de bois.

A l’arrivée, une vingtaine d’enfants nous attendaient, il a suffit de quelques minutes pour voir une centaine de personnes débarquer du village. L’école n’ayant pas d’électricité, c’est le régisseur du ciné club ambulant qui nous a accueilli, muni de son groupe électrogène, d’une minuscule télé et d’un lecteur dvd (cf photo), il nous aide a installé le vidéoproj et le drap blanc. Mais tout comme la veille, le vidéoprojecteur nous a joué un mauvais tour, et nous n’avons pas pu projeter. Pour ne pas annuler et renvoyer tous ces enfants chez eux, nous avons décidé de diffuser le film sur le petit écran 17 pouces de l’ordinateur d’Estelle. Les 100 enfants ont été hyper enthousiastes comme la veille. Il fallait voir comme ils étaient attentifs !

Après cette matinée et nos retrouvailles avec les personnages du film, nous devons déjà nous dire au revoir pour poursuivre la route à la recherche d’un autre gamin à Banfora. Nous croisons les doigts pour le trouver sur le chemin de la cascade (endroit mythique où je rêve d’aller depuis mon premier voyage). Munis de nos maillots de bains et serviettes, nous escaladons la montagne pour trouver l’eau. Nous croisons plusieurs groupes de jeunes mais pas d’Alssane. C’est alors que nous croisons un garçon qui porte une jeune fille visiblement très mal en point. « C’est l’asthme ! » apprend t-on à la volée. A la fin du groupe, surprise, c’est Alassane qui sort de la broussaille. Heureux et surpris de revoir les deux toubabs, il nous donne un rendez-vous plus tard et file pour prendre des nouvelles de sa voisine mal en point.

Après cette rude journée, nous retournons à la maison au milieu de la nuit et je me réjouis de retrouver le confort d’une maison avec piscine ainsi que mon lit (bien heureuse d’en avoir un vrai).

Les jours suivants se résument aux retrouvailles avec tous les autres enfants du film à Bobo.
Cette proximité me fait reprendre conscience de la dure réalité de la vie des burkinabés. Nous retrouvons la maman d’un des enfants du film avec un nouveau né. C’est son 5e enfant, elle n’avait pas l’argent pour se faire poser un stérilet (ça ne coûte que 7 euros et ça dure 5 ans). Dans une classe, les élèves bobolais sont entre 90 et 230 élèves (pour 60 à 80 à Ouaga). C’est à peine croyable. Un des garçons faisait tous les jours 7km à pied pour aller à son lycée car il n’avait pas l’argent pour changer le pneu de son vélo. Bref, difficile.

Les enfants ont tous grandis, et surtout ils se débrouillent vraiment mieux en français et commencent à avoir des avis sur la politique, la religion, la place de la femme, etc.
J’arrive beaucoup mieux à échanger avec eux que lors de mon premier voyage. J’ai déjà hâte de les revoir dans 10 ans !

Le mardi soir, nous avons accueilli tout le monde, familles et enfants du film. C’était la grande projection, celle que nous attendions depuis 2 ans et 1/2 !
Le plaisir de voir leurs yeux s’écarquiller, leurs visages rougir de timidité… Mais tout ça a été, comme on dit là-bas : « gâté ».

Ceci pour dire qu’à 18h, une demi-heure avant la projection, la Sonabel (électricité du Burkina) a jugé bon de couper l’électricité sur tout le secteur où nous étions.
Nous avons attendu que le courant revienne. Pour faire patienter tout le monde, les marionnettistes du film ont conté quelques histoires, mais toujours pas de courant. Nous avons alors fini par revenir à notre fameux plan B : montrer le film avec le petit écran et avec le petit son du petit portable d’Estelle. Misère, malheur et encore frustration de ne pas voir les visages de tous ces enfants s’illuminer ou rougir à la vue de leur séquence.

Nous leur disons au revoir alors qu’il se fait 23h et que je ne leur ai même pas montré les correspondances des français. Je leur fais mes adieux et chacun a le droit à un DVD et une bise à la française. A ce moment, je ne sais même pas quand je vais les revoir.

Le lendemain, c’est le retour pour Ouagadougou et je reviens sans réponses de leur part.
« Triste, déçue… même pas ! », je me suis très vite résignée. C’est comme ça qu’on fait ici.
J’ai accepté notre « sort ». Certains disent que c’était écrit, que c’est dieu qui l’a voulu…
Et bien moi, pour contrecarrer ce sort, je décide de mettre en pratique ce que j’ai appris au Burkina lors de mon premier voyage, je me crée un plan B. Je décide alors de retourner dès dimanche à Bobo.

A présent je vous écris depuis ma nouvelle chambre. Je suis hébergée chez une amie franco-ivoirienne.

J’ai laissé mes deux compères à Ouaga et je fais mon petit bout de chemin toute seule à Bobo.

La suite dans d’autres aventures :
Une semaine à Bobo avec les familles
Une semaine à Laongo pour 4 ateliers dans les écoles de brousse
et La dernière semaine à Ouaga avant le grand départ

A bientôt
Charlotte »

Banfora  l'homme-cascade tempàte de pollen Termitière_géante

Publicités

Une réflexion sur “Les ateliers de l’image au Burkina Faso : la suite des aventures !

  1. Merci infiniment pour ce merveilleux compte rendu, plein d’humanité. Bon courage, c’est du beau travail tout çà

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s