Les ateliers pratiques

Initiation au tournage, à l’éclairage et à l’incrustation sur fond vert

Niveau
Primaire – Collège – Lycée
(6-18 ans)


Lieu
Locaux de l’établissement et alentours


Durée
De 8 à 40 heures

Cet atelier est modulable en fonction du temps imparti et des attentes du responsable pédagogique. Il peut s’inscrire dans la continuité d’un atelier de réalisation de court-métrage


Nombre de participants
Une classe maximum
Idéalement répartie par groupes de 4 ou 5 pour les sessions pratiques

Objectifs
Apprendre les techniques fondamentales de prises de vues à travers une approche théorique et pratique. Découvrir l’importance de la lumière lors de la prise d’images. La manière de filmer et la lumière participent à l’univers et à l’atmosphère d’un film. A travers le visionnage d’extraits de films et d’exercices pratiques, cet atelier permet aux participants d’appréhender et de s’adapter aux conditions de tournage.


Programme
La première partie est consacrée aux règles de prises de vues avec des exercices pratiques et des mises en situations concrètes. La seconde partie est dédiée à la lumière : nous aborderons les techniques liées au tournage extérieur en lumière naturelle, au tournage intérieur avec l’ajout de projecteurs. En troisième partie, nous mettrons en place un fond vert permettant d’incruster des personnages ou des objets dans un autre film ou décor. Afin d’utiliser les différentes techniques de prises de vues et d’éclairage apprises durant l’atelier nous pourrons réaliser un court-métrage ou une publicité détournée.


Matériel
-Équipement de prises de vues: caméra / objectifs / trépied / micro -Équipement d’éclairages: projecteurs / réflecteurs / diffuseurs / gélatines de couleur


Réalisation d’un court-métrage (documentaire ou fiction)

Niveau
Primaire – Collège – Lycée
(8-18 ans)


Lieu
Locaux de l’établissement
et alentours


Durée
40 heures minimum


Nombre de participants
3 personnes minimum
Une classe maximum
Idéalement répartie par groupes de 4 ou 5 pour les sessions pratiques

Objectif
Acquérir une vision d’ensemble du processus de création d’un court métrage. De l’écriture d’un scénario à l’apprentissage de la prise de vues avec une caméra : réglages de l’appareil, lumière, cadrage, etc. ils se confronteront à tour de rôle aux différents postes d’un tournage : auteur, réalisateur, cadreur, preneur de son, scripte, mais aussi régisseur ou acteur. Dans une ambiance créative, ils travailleront en groupe, se répartiront les tâches et organiseront un plan de tournage séquence après séquence.


Programme
Dans un premier temps, les participants imagineront et créeront ensemble leur fiction ou définiront la thématique, les enjeux et le style de leur documentaire. Ensuite commencera l’écriture. Il s’agit d’être cohérent entre leurs aspirations, celles de l’équipe pédagogique et les moyens matériels et humains à disposition. En fonction des ateliers, le formateur proposera après le tournage, deux journées de dérushage et de montage collectif sur une plateforme professionnelle. La structure narrative sera ainsi achevée à la fin des 5 jours d’ateliers. Le film pourra ensuite être finalisé par le formateur hors atelier. Attention, selon les cas, un travail préparatoire préalable avec le responsable pédagogique du projet est nécessaire.


Matériel
Caméras, trépieds, micros, éclairages, diffusion de courts- métrages, extraits de scénarios, de story-boards.

+ Projection du film tourné
En fin de cycle, l’intervenant organisera, en collaboration avec l’équipe pédagogique, une projection dans les locaux de l’établissement. La diffusion du film en fin de cycle et la confrontation à un public est importante pour finaliser l’atelier, elle permet d’expliquer oralement le travail effectué.


Le montage d’une bande annonce de film

Niveau
Collège – Lycée (10-18 ans)


Lieu
Locaux de l’établissement


Durée
Entre 4 et 30 heures selon les différents modules
Cet atelier peut s’inscrire dans la continuité d’un atelier de réalisation


Nombre de participants
16 élèves maximum
Idéalement répartis par groupes de 2 au sein d’une salle informatique

Objectifs
Découvrir le travail de monteur vidéo. Comprendre le principe du montage vidéo en abordant la théorie du montage et sa pratique. Les participants établiront la relation entre le récit d’une histoire filmique et les différentes façons de monter.


Module 1: monter à partir de rushs vidéo (4 à 8 heures)
La première étape consiste à échanger autour du montage vidéo afin d’en discerner les différentes philosophies. Au sein de cette approche théorique les participants visionneront et analyseront différents extraits de films. Dans un second temps les élèves s’installeront devant les stations de montage et travailleront sur le montage d’une séquence de film à partir de rushes vidéo.

Module 2: monter la bande annonce d’un film existant (20 à 30 heures)
A partir de l’étude approfondie d’un film et des rouages d’une bande-annonce, les participants choisissent une série de plans tirés des séquences les plus passionnantes, drôles ou remarquables du film à annoncer. Ils seront confrontés à des questions liés aux choix narratifs : Comment présenter un film sans trop en révéler ? Comment stimuler le désir du spectateur ?

Matériel
Salle informatique.
Ordinateurs équipés de logiciels de montage (possibilité d’installer en amont les logiciels pré-requis).


Du reportage au carnet de voyage

Niveau
Collège – Lycée (10-18 ans)


Lieu
Locaux de l’établissement. Lieux où se dérouleront les voyages scolaires ou sorties


Durée
De 8 à 40 heures


Nombre de participants
Une classe maximum

Objectifs
Voyager et réussir à saisir les moments qui formeront un récit. Se mettre dans la peau d’un reporter, s’immerger, s’imprégner d’un lieu, d’une histoire, et raconter. Tels sont les enjeux d’un carnet de voyage ou d’un reportage. Un exercice qui servira aux participants pour la réalisation de leurs films personnels.


Programme
Les premiers temps de l’atelier permettront une initiation théorique au reportage et au carnet de voyage. Nous visionnerons des extraits de films du genre et partagerons les expériences des participants dans le domaine. Chaque jour un groupe de 5 personnes aura la responsabilité du tournage. Il faudra être concis pour ne pas accumuler les images inutiles, réactif pour capter à la volée les moments inattendus, prendre du recul pour cerner la structure générale de l’histoire et savoir ce qu’il faut filmer, quelle question poser, quel rythme donner à la narration. La nature particulière de l’atelier veut dans l’idéal, que l’intervenant accompagne la sortie ou prenne part au voyage dans son intégralité.

Matériel
Caméra / trépied ou monopode / micro / ordinateur portable / logiciel de montage

+ Projection du film tourné
En fin de cycle, l’intervenant organisera, en collaboration avec l’équipe pédagogique, une projection dans les locaux de l’établissement. La diffusion du film en fin de cycle et la confrontation à un public est importante pour finaliser l’atelier, elle permet d’expliquer oralement le travail effectué. Le film pourra être projeté lors d’une soirée de présentation de la sortie ou encore se joindre à un événement thématique autour du voyage.


Le Super 8: réalisation d’un film en argentique

Niveau
Collège – Lycée (10-18 ans)


Lieu
Locaux de l’établissement


Durée
De 8 à 40h heures


Nombre de participants
Une classe maximum
Idéalement répartie par groupe de 4 ou 5 pour les sessions pratiques

Objectifs
Réaliser un film sur pellicule Super 8 (fiction, documentaire, film d’animation, fausse publicité). Cet atelier permet aux participants d’appréhender les contraintes du cinéma : écriture, organisation, réalisation, prises d’images et lumière.


Programme
Introduction sur l’évolution du cinéma et de ses modes de diffusion. Après l’écriture d’un scénario et la prise en main du matériel, les participants réaliseront leur projet. Le film sera réalisé en tourné-monté, c’est à dire qu’il sera tourné dans l’ordre chronologique et sans montage.

Matériel
Projecteurs professionnels Super 8, caméras professionnelles Super 8, visionneuses et colleuses Super 8, pellicules Super 8.

+ Diffusion du film tourné par les participants
En fin de cycle, l’intervenant organisera, en collaboration avec l’équipe pédagogique, une projection dans les locaux de l’établissement. Le super 8 nécessite un temps de développement et il faut donc prévoir une diffusion au moins deux semaines après la réalisation du court-métrage. Si l’occasion se présente le film sera envoyé dans un festival de cinéma (comme le festival tourné-monté Super 8 de Strasbourg par exemple).


Initiation à la photographie numérique

Niveau
Primaire – Collège – Lycée (8-18 ans)


Lieu
Salle informatique de l’établissement


Durée
De 8 à 40 heures


Nombre de participants
Une classe maximum idéalement répartie par groupe de 4 ou 5 pour les sessions pratiques

Objectifs
L’atelier d’initiation à la photographie permettra aux participants d’aborder toutes les étapes du processus de création photographique : des réglages basiques de l’appareil au tirage, en passant par la retouche sur logiciel, cette expérience leur permettra d’exprimer et de développer leur créativité tout en réussissant leurs clichés.


Programme
Cet atelier représente pour les participants un premier contact avec la pratique de l’appareil photographique. Ils apprendront le langage de la prise de vues et les notions techniques de base. Ils exerceront leur œil à distinguer les bonnes conditions de prise de vues et travailleront de façon autonome sur des logiciels de traitement numérique. Une exposition à partir des photographies des participants pourra être organisée dans les locaux de l’établissement.

Matériel
L’intervenante apporte deux appareils photographiques reflex numériques et un appareil photographique à utilisation simplifiée ainsi que deux trépieds et deux lampes halogènes. Les participants sont encouragés à apporter leur propre appareil et l’établissement de mettre à profit l’équipement dont il dispose : un vidéoprojecteur et plusieurs ordinateurs.


Tourner un film avec un téléphone portable et le diffuser sur internet

Niveau
Primaire – Collège – Lycée (8-18 ans)


Lieu
Locaux de l’établissement et alentours


Durée
De 16 à 40 heures


Nombre de participants
Une classe maximum Idéalement répartie par groupes de 4 ou 5 pour les sessions pratiques

Objectifs
Découvrir et apprivoiser le téléphone portable pour filmer la vie quotidienne. Réfléchir au potentiel incroyable de l’outil mais aussi à ses limites et ses dangers.

Programme
L’intervenant sensibilisera les participants à la responsabilité sociale et juridique du filmeur : le droit à l’image, les limites admises par la loi, les risques encourus, le respect de la personne filmée, les attitudes et les conditions qui dérangent. Le public étudiera ensuite les techniques de prises de vues et de réalisation en tenant compte des limites de l’outil. Il s’agira notamment d’explorer ses usages possibles, même inhabituels, et de réfléchir à ses spécificités. Le film sera réalisé à partir de scènes de la vie quotidienne selon le mode du « tourné-monté ». Les participants diffuseront enfin leur production sur internet via des sites communautaires de vidéo (Dailymotion, YouTube, Vimeo) ou les réseaux sociaux (Facebook, Snapchat, etc).

Matériel
Téléphone portable, ordinateur, connexion internet.

+ Diffusion du film tourné
En fin de cycle, l’intervenant organisera, en collaboration avec l’équipe pédagogique, une projection dans les locaux de l’établissement. La diffusion du film en fin de cycle et la confrontation à un public est importante pour finaliser l’atelier, elle permet d’expliquer oralement le travail effectué.


Même par peur ! Découverte du cinéma fantastique

Niveau
Collège – Lycée (10-18 ans)


Lieu
Locaux de l’établissement
Salle de classe avec un dispositif de diffusion


Durée
Entre 20 et 30 heures


Nombre de participants
Une classe maximum Idéalement répartie par groupe de 4 ou 5 pour les sessions pratiques

Objectifs
S’identifier à un réalisateur le temps d’un atelier. Apprivoiser ses peurs en les mettant en scène.

Programme
Fondé sur des éléments irrationnels ou irréalistes, le fantastique est un genre cinématographique qui fait appel au surnaturel, à l’horreur ou aux monstres. A partir du visionnage de courts-métrages fantastiques destinés au jeune public, les élèves apprendront à analyser et décrypter le langage de l’image et du son. Ils identifieront les moyens de cinéma utilisés pour créer un climat de peur, et d’une manière plus large, une émotion. Ainsi ils apprécieront le rôle de la musique, du son, du cadrage, du jeu d’acteur, des éléments de décor, de la lumière, du montage, etc. dans les films dont l’objectif est d’effrayer le spectateur.

Partie 2: Réalisation d’un très court-métrage
Ensuite, les participants imagineront un récit dont l’objectif est de créer un climat de frayeur. A partir de leurs propres peurs, ils écriront un scénario et un storyboard en choisissant d’employer certains « outils » qu’ils auront découvert au préalable. Puis chacun se trouvera un rôle pendant le tournage : acteur, cadreur, régisseur, ingénieur du son, scripte, décorateur, accessoiriste… ils apprécieront ainsi toutes les étapes du processus de fabrication d’un film en y participant activement. Le montage du film, réalisé par l’intervenante en dehors des heures d’atelier, pourra cependant faire l’objet d’une séance de découverte.


Réalisation d’un très court-métrage d’animation

Niveau
Primaire – Collège – Lycée (8-18 ans)


Lieu
Locaux de l’établissement
Salle de classe avec un dispositif de diffusion


Durée
20 heures minimum


Nombre de participants
12 participants maximum

Objectifs
Développer la créativité de chacun. Apprendre à composer une image. Sensibiliser au processus de fabrication d’un film et aux différents corps de métiers dans le cinéma d’animation. Comprendre le principe de montage en abordant les notions de rythme et de choix narratif.

Programme
A travers la projection de courts métrages d’animation, les participants découvriront la diversité des techniques. Avec un appareil photographique, ils apprendront à faire des choix esthétiques sur la composition d’une image (distance, angle de vue et cadre). Ils s’initieront ensuite à la reproduction de mouvements image par image avec des objets, des marionnettes, etc. Dans un second temps, les participants réaliseront un film en stop-motion ou en dessin animé. Etape par étape, ils découvriront le processus de fabrication d’un film avec l’écriture du scénario, l’élaboration du story-board, la construction des décors et la réalisation. La dernière partie se déroulera au montage. Les participants visionneront les rushes et décideront de la narration finale. Ils réaliseront eux-mêmes la bande son et l’intégreront au film.

Matériel
Deux appareils photo, vidéo projecteur, ordinateur portable, outils de dessin, sculpture, modelage, etc.

+ Diffusion du film tourné
En fin de cycle, l’intervenant organisera, en collaboration avec l’équipe pédagogique, une projection dans les locaux de l’établissement. La diffusion du film en fin de cycle et la confrontation à un public est importante pour finaliser l’atelier, elle permet d’expliquer oralement le travail effectué.


Ouverture sur l’identité et le handicap

Niveau
Collège – Lycée (10-18 ans)


Lieu
Salle de conférence de l’établissement
Salle de classe avec un dispositif de diffusion


Durée
Entre 2 et 4 heures Cet atelier peut s’inscrire dans la continuité d’un atelier de réalisation


Nombre de participants
Une classe maximum

Objectifs
Sensibiliser le jeune public au cinéma documentaire et sur ce qui peut constituer notre identité. Les élèves pourront mûrir leur regard sur la différence et sur l’altérité en visionnant et en échangeant autour d’un à trois films de la réalisatrice. À une époque où le repli sur soi et l’indifférence font rage, cet atelier est bienvenu.

Programme
Projections et débats.


Synopsis du film « Un saut dans l’inconnu »
Thiviya et sa famille, d’origine tamoule, ont fuit le Sri Lanka en guerre pour trouver l’asile politique en France. Elle avait neuf ans. Aujourd’hui Thiviya est une belle jeune femme, diplômée, dynamique et ambitieuse. Un jour, elle rencontre l’amour de sa vie sur Facebook. Contre toute attente, elle décide de tout abandonner pour aller se marier et vivre au Sri Lanka, pays de son futur mari mais aussi terre de ses propres racines dont elle n’a guère de souvenirs.


Synopsis des films « Le défi de Thibault » et « Ma plus belle histoire »
Il n’a pas choisi de naître handicapé mais il a choisi d’écrire sa destinée. Atteint d’un handicap moteur cérébral de plus de 80%, Thibault Stoclin, 19 ans, attachant et débordant de vie, est devenu cavalier. Monter à cheval l’épanouit et l’aide considérablement dans sa vie de tous les jours. Consacré à sept reprises Champion de France en dressage para équestre, il remercie souvent son cheval de lui prêter ses jambes. Après avoir réussi à intégrer l’Equipe de France, son objectif est désormais de concourir aux prochains Jeux Paralympiques.

Matériel
Vidéoprojecteur et hauts-parleurs, ordinateur portable ou lecteur Blu-Ray.


La magie du cinéma: découverte des effets spéciaux

Niveau
Primaire – Collège – Lycée (6-18 ans)


Lieu
Locaux de l’établissement
Une salle avec un dispositif de diffusion


Durée
Entre 10 et 30 heures


Nombre de participants
Une classe maximum Idéalement répartie par groupe de 4 ou 5 pour les sessions pratiques

Objectifs
Pour que le spectateur subjugué devienne un fabricant qui subjugue.

Programme
Dans cet atelier, nous partons à la découverte de ces réalisateurs, magiciens et truqueurs qui ont traversé l’histoire du cinéma : Georges Méliès, Victor Fleming ou encore Michel Gondry. L’exploration des effets spéciaux permettra au public de rencontrer le cinéma à travers trois étapes : la projection de films, l’analyse image par image de séquences « d’illusionnisme » et la réalisation d’un film avec effets spéciaux. La projection d’extraits de films aidera les participants à développer leur sensibilité. Ils répondront aux questions : cet effet fait-il illusion sur moi ? Quel sentiment provoque- t-il ? Qu’incarne ce personnage ? Au cours de ces séances, le public enrichira également son vocabulaire en apprenant un nouveau lexique. Une fois l’écriture achevée, il s’initiera par le biais d’exercices ludiques au jeu d’acteur et à l’improvisation. Ensuite auront lieu des phases d’initiation au matériel audiovisuel et de réalisation du storyboard. La réalisation d’un film de 5 minutes maximum nécessite entre 5 heures et 10 heures de tournage, ainsi chacun aura un rôle défini : acteur, cadreur, régisseur, ingénieur du son, scripte… Le montage sera effectué par l’intervenante en dehors de l’atelier. Celle-ci interviendra une heure en classe pendant cette période pour présenter le projet en cours de finition. Les participants pourront ainsi donner leur avis et apporter des modifications à l’œuvre finale. Ils choisiront alors la musique du film et enregistreront les effets.

Matériel
Extraits de films, équipement audiovisuel semi-professionnel pour le tournage.


Portrait / autoportrait

Niveau
Primaire – Collège – Lycée (6-18 ans)


Lieu
Locaux de l’établissement
Salle avec un dispositif de diffusion


Durée
Entre 10 et 30 heures


Nombre de participants
Une classe maximum Idéalement répartie par groupe de 4 ou 5 pour les sessions pratiques

Objectifs
Portrait
Regarder l’autre : c’est s’ouvrir au monde, c’est accepter la différence et la tolérer, c’est reconnaître cette différence et la comprendre, c’est découvrir une autre manière de faire et d’être.
Filmer l’autre : c’est s’émouvoir et transmettre cette émotion, c’est rendre particulière une personne qui vit dans l’ombre.
Autoportrait
Se regarder : c’est se reconnaître, se questionner, se découvrir, et gagner en estime de soi.
Réaliser un autoportrait : c’est s’exprimer, c’est s’accepter, c’est se traduire en images et en sons. C’est révéler sa sensibilité artistique pour s’affirmer.

Programme
Ces deux ateliers sont conçus pour aboutir à la réalisation d’un film. Avant le processus habituel (écriture, note d’intention, storyboard, tournage) l’intervenante proposera des œuvres et expériences sur le portrait ou l’autoportrait. Les choix artistiques des auteurs seront discutés et les films décryptés pour permettre aux participants d’entrer dans une dynamique créative.

Matériel
Extraits de films, équipement audiovisuel semi-professionnel pour le tournage.


Rejouer une séquence de film

Niveau
Collège – Lycée (10-18 ans)


Lieu
Locaux de l’établissement
Salle avec un dispositif de diffusion


Durée
Entre 20 et 30 heures


Nombre de participants
Une classe maximum Idéalement répartie par groupe de 4 ou 5 pour les sessions pratiques

Objectifs
S’amuser tout en découvrant les enjeux inhérents à la création cinématographique. Décoder le langage de l’image. Reprendre une œuvre et la réinterpréter en respectant les codes du genre parodié.

Programme
La parodie est un genre à part entière qui reprend un film en le détournant. Elle répond à des codes très précis en se basant notamment sur l’inversion et l’exagération des caractéristiques appartenant au sujet parodié. Au cours de l’atelier, le public découvrira ce style bien particulier en visionnant des séquences de films non parodiés et de films parodiés. Quelles sont les différences ? Comment se crée le genre ? A travers un jeu d’observation minutieux, les participants s’amuseront à décrypter le langage de l’image et du son tout en acquérant un nouveau vocabulaire. Par le travail d’analyse, ils apprécieront le rôle du monteur, du cadreur, de l’éclairagiste et du comédien dans la construction du récit. Après cet exercice, les participants reprendront plan par plan une séquence choisie sous l’angle parodique. Ils découvriront ainsi l’enjeu d’une réécriture dans le respect d’une œuvre tout en imaginant un moyen de la détourner au profit de la parodie. Ensuite, auront lieu les phases de réalisation du storyboard et d’initiation au matériel audiovisuel. Ceci permettra d’acquérir une plus grande autonomie lors du tournage. Pendant le tournage, tout le monde aura un rôle défini : acteur, cadreur, régisseur, ingénieur du son, scripte… afin de responsabiliser chacun et de les rendre pleinement actifs à chaque étape.


Vraie – fausse équipe de tournage de cinéma

Niveau
Collège – Lycée (10-18 ans)


Lieu
Locaux de l’établissement
Salle avec un dispositif de diffusion


Durée
Entre 2 et 4 heures selon les différentes modules Cet atelier peut s’inscrire dans la continuité de l’atelier théorique sur « Les métiers du cinéma »


Nombre de participants
12 participants maximum

Objectifs
Faire découvrir les coulisses et le fonctionnement d’une équipe de tournage. Sensibiliser les participants à l’importance du travail en équipe pour le bon déroulement d’un tournage et l’obtention d’un résultat final satisfaisant. Découvrir les métiers oubliés du cinéma.

Programme
Si l’atelier «Les métiers du cinéma» est inscrit en amont de celui-ci, une première partie théorique consistera en une présentation et une explication des métiers du cinéma. Au sein de cette approche théorique les participants visionneront et analyseront différents extraits de films. Dans un second temps, sans passer par l’étape de l’écriture, nous recréerons avec les participants une équipe de tournage de cinéma. Sous forme de jeu interactif, les rôles seront définis et chacun pourra s’essayer à tour de rôle à un poste (réalisateur, scripte, cadreur, chef opérateur, ingénieur du son…).

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :